Marc TOURET

http://marctouret.net

Tout ça, c’est la faute au « trou », dans la cour. 

Sous les vélos suspendus, dans l’appentis de terre battue, un petit trou, le « pot » pour jouer aux billes avec mon copain de l’immeuble-bombardé-d’en-face-que-c’etait-trop-dangereux. 

Interdit. Fallait pas ! 

Ça tombe bien, j’étais raisonnable. 

Au fond du trou, en grattant un peu, pour que les billes de terre cuite, bleues, rouges ou vertes, roulent bien dedans : 

« crotte de crotte !... on dirait de la glaise ! » Naturelle. Là, depuis toujours. Ocre avec des filets jaunes comme les agates, justement. Grasse et malléable. Souple, docile à plaisir. 

Et douce... 

Ma première sculpture, je l’ai « cuite » dans la cuisinière à charbon de ma mère, juste après la tarte aux pommes du dimanche, parce que le four était encore bien chaud. 

Un bonhomme à pipe  et chapeau, peinturluré à la peinture d’école. 

La pipe a cassé. 

J’avais six ans. 

 

« SAINT PARFAIT » 

autobiographie  2008 

P1350390
×